images à la une...                        consultez les archives, voir ci-dessous.



 © prepas-svt.fr      téléchargeable sur  IS6 bonne année


Voici 聞か猿 kikazaru, 見猿 mizaru, et 言わ猿 iwazaru, qui ornent le fronton d’un des temples shintoistes de Tosho-gu, près de Nikko (Japon). Cette sculpture sur bois est la plus ancienne connue et date de 1638. La traduction orale du nom de ces trois singes est « celui qui n’entend pas »,« celui qui ne dit pas » et « celui qui ne voit pas ».

Ces trois singes sont connus sous le nom des « Singes de la Sagesse ». Le visiteur qui entre dans le temple en passant sous le fronton serait donc touché par la sagesse, s’il respecte l’adage « je n’entends pas ce qu’il ne faut pas entendre, je ne dis pas ce qu’il ne faut pas dire, je ne vois pas ce qu’il ne faut pas voir ».

Bref, la sagesse s’inspirait-elle du politiquement correct, du Japon du XVIIe ou de la France de 2019 ?

D’autres interprétations ont été avancées quant au message délivré, peut-être inspirées par le Yin et le Yang qui nous invitent à voir le tout et son contraire dans un même ensemble : « Il y a ceux qui entendent et voient des choses, mais n'en parlent pas…, il y a ceux qui voient des choses et en parlent, mais n'écoutent pas ce que l'on leur dit…, il y a ceux qui ne voient rien, écoutent les autres et en parlent… ».

Le culte Kōshin propose également de « ne pas vouloir entendre pour pouvoir faire comme si on ne savait pas, de ne rien vouloir dire de ce qu’on sait pour ne pas prendre de risque, et de ne pas vouloir voir ce qui pourrait poser problème ».

Nous vous laissons méditer ces belles idées mais, une fois encore : « bonne et belle année 2019 »


ARCHIVES