tipe


La rentrée est passée, et vous travaillez déjà vos Tipe’s. 

Certain(e)s s’interrogent sur la difficulté de mettre en œuvre leur travail, à cause de l’éloignement de leur lycée d’un littoral océanique… ou d’anciennes formations océaniques ! Qu'à cela ne tienne ! L’obtention puis l’exploitation de données prises sur le terrain sont toujours judicieuses dès lors qu’on en a la possibilité, mais le thème océan peut également s’appuyer sur des données obtenues auprès d’organismes de recherche, des services d’Etat, des régions, des départements, ou encore d’associations et de sociétés savantes. Toutes et tous disposent de nombreux documents (images satellitaires, photo-aériennes, cartes, relevées de terrain, comptages, forages, etc. …) et les proposent en ligne.

Pour faciliter votre travail, prepas-svt / prepas-bio  cette nouvelle rubrique d’aides : biblio- et infographies, contacts avec des laboratoires, accès à des bases données, idées de thématiques si vous êtes en recherche de sujet, aide en ligne par des réponses rapides à vos interrogations

N’hésitez pas à nous contacter. Nous essayerons de vous communiquer le plus rapidement possible nos suggestions. Bon courage !

Quelques exemples de bibliographie utile

  • plusieurs numéros spéciaux de Pour la Science et La Recherche ont traité des océans. Consultez les archives accessibles en ligne. Le CDI sinon le laboratoire de  SV-ST de votre lycée sont certainement abonnés à ces revues ;
  • cours d'Océanographie Physique de l'Université de Liège (sous format PDF) : http://modb.oce.ulg.ac.be/cours/OCEANO/ocea0010-1n...
  • introduction à la télédétection, avec idées de TD…, cours de Claude Kergomard, professeur, département de géographie / ENS de  Paris (sous format PDF) http://www.geographie.ens.fr/IMG/file/kergomard/Te...
  • notions fondamentales de télédétection, éditées par les publications des Ressources Naturelles du Canada (en français, sous format PDF) https://www.rncan.gc.ca/sites/www.nrcan.gc.ca/file...
  • revue et documents de l’Institut Français de la Mer (IFM) : articles et données, fiches documentaires accessibles en ligne sous format PDF http://www.ifmer.org/revue-maritime/les-revues/  ou http://www.ifmer.org/
  • introduction à l’énergie des vagues, dossier PPT, Aurélien Babarit, Laboratoire d’hydrodynamique, d’énergétique et d’environnement    atmosphérique Centrale Nantes https://formationemr16.sciencesconf.org/file/26674...
  • Encyclopédia Universalis : nombreux articles sur le thème océan  avec des propositions de cartes mentales, accessibles sur le site de l’Encyclopédie (votre CDI dispose d’un abonnement en ligne au site de l’EU)  

Des sites à consulter

Quelques idées de thématiques à exploiter

  • variations eustatiques et lignes de rivages
  • la salinité des eaux océaniques
  • les bouchons vaseux estuariens, contact entre les eaux océaniques et les eaux douces
  • dépôts littoraux et courants côtiers
  • impact des tempêtes océaniques sur le trait de côte
  • la houle (formation, énergie exploitable…)
  • les gyres océaniques et les continents de plastiques
  • l’étagement des algues : facteurs de distribution et caractères adaptatifs
  • la couleur des eaux océaniques
  • les spartines, pestes végétales des littoraux
  • les rhizaires, pourvoyeurs de sédiments océaniques 

Des questions ?

Contactez-nous , rubrique "contacter". Réponses rapides...

Question 1

Bonjour, Je suis élève en Bcpst et j’ai retenu comme sujet de Tipe une étude sur les effets des plastiques sur la faune marine. Je ne me rends pas compte si ce sujet est réalisable, s’il est possible de réaliser des expériences et si des données existent déjà sur ce thème. Pouvez-vous m’aider ? Merci beaucoup

Réponse

Vous êtes sur un thème d’actualité ! et même si votre lycée est situé au-delà d’un littoral…, il y a des choses à faire sur le sujet.

Quelques précautions cependant :

  • pas de manipulations mettant en jeu faune marine et nanoplastiques ! Les expériences ne sont pas là pour nuire au vivant… et vous le payerez cher au concours. Votre enseignant a certainement du vous mettre en garde à ce sujet ;
  • d’autres expériences, manipulations, mesures peuvent cependant être effectuées sur ce que sont les nanoplastiques, leur diversité (de taille, de composition chimique…), leur distribution dans une couche d’eau…, salée ;
  • beaucoup de données sont désormais disponibles car de nombreux organismes, laboratoires, chercheurs travaillent sur ce thème. A vous de les intégrer dans une démarche cohérente, et de les exploiter en réponse à la problématique que vous aurez définie.

Vous pourrez trouver quelques idées en consultant des articles associés à un colloque qui s’est tenu récemment en France (juin 2019) : « Premières rencontres du GDR Polymères et Océans », Créteil. Vous pouvez les consulter en tapant sur https://po2019.sciencesconf.org/program.

De très nombreuses thématiques y ont été abordées, et des comptes rendus sont disponibles (téléchargeables) sous format PDF. Voici une sélection concernant votre sujet, dans laquelle vous pouvez trouver quelques informations utiles et des possibilités de contact :

Bon courage !

Question 2

A propos des Tipe, nous avons choisi de travailler sur l’impact des crèmes solaires sur les écosystèmes océaniques. Que nous conseillez-vous de faire ?

Merci pour votre réponse

Réponse

Encore un thème d’actualité… mais qui reste peu documenté sur le plan scientifique (par contre, les articles de mensuels, hebdomadaires et autres « people » ne manquent pas sur le sujet) !

Un conseil : tachez de restreindre votre travail à « un » écosystème océanique. Vous éviterez des généralisations sans doute abusives, et vous pourrez choisir « votre » écosystème : n’oubliez pas en effet que chaque écosystème diffère des autres par son biotope, sa biocénose… Vous pourriez également limiter votre travail à l’impact sur le seul biotope de l’écosystème retenu : les crèmes solaires jouent-elles sur la salinité ? Ont-elles un effet sur la pénétration de la lumière voire de certaines longueurs d’ondes au sein d’une masse d’eau ? Peuvent-elles modifier la concentration en dioxygène des eaux, de surface comme de profondeur…

Voici quelques interrogations auxquelles vous pouvez apporter des éléments de réponse de façon expérimentale. Il est évident que ces effets, si ils existent…, ne seront pas sans conséquences sur la macrofaune ou les populations végétales océaniques, ou encore le plancton.

N’oubliez pas dans ces approches qu’il existe de nombreuses crèmes solaires et que certaines se réclament d’être plus « écologiques » que d’autres. Vous pouvez tenter également de tester la biodégradabilité de ces crèmes. Il pourrait être intéressant de comparer des produits d’entrée de gamme (nombreux sur les gondoles des supermarchés) à des crèmes notés « bio » par certains fabricants.

Au total, beaucoup d’investigations possibles.

Notez qu’en limitant votre étude à l’impact des crèmes solaires sur un biotope océanique (pour lequel vous pouvez disposer de données précises quant aux différents paramètres qui le caractérisent), vous évitez de faire des tests sur des êtres vivants… que vous placerez en situation de stress ou en conditions rapidement létales. Ce qu’un jury vous reprocherait avec raison.

Parmi les quelques études publiées, les plus nombreuses concernent les récifs coralliens.

Certaines ciblent tel ou tel composant des crèmes solaires : effets des filtres organiques suspectés dans le blanchiment des coraux (oxybenzone - interdit en Europe… -, octocrylène…), des filtres minéraux notamment le dioxyde de titane (susceptible s’induire des troubles importants sur le phytoplancton… d’où un impact sur les chaînes alimentaires) ou encore l’oxyde de zinc. Vous pourrez trouver une liste des filtres suspectés d’être nocifs pour l’environnement  sur le site de l’ONG Coral Guardian mais attention, ces filtres, souvent montrés du doigt, ne sont pas les seuls composants des crèmes solaires !

Vous pouvez également contacter le laboratoire d’Ifremer à Nantes qui disposent de certaines données sur l’impact de certains composants des crèmes solaires, notamment sur les crustacés et divers lamellibranches.

Bon courage !